PRATIQUES CORPORELLES DOUCES

La respiration

1 avril 2015

« Vivre en pleine conscience, ralentir son pas et goûter chaque seconde et chaque respiration, cela suffit ».

Aromathérapie-BAR_8526La respiration

Au mas, le fil conducteur de toutes les pratiques corporelles douces, que ce soit en sophrologie, au yoga, en gym posturale, au Qi Qong, en aromathérapie, Bref dans les 16 disciplines que nous proposons, nous vous invitons tous à RESPIRER !!!

La respiration c’est le premier acte vital. Nous pouvons nous passer de manger pendant plusieurs semaines, de boire durant quelques jours… Mais de respirer, pas plus de quelques minutes. La respiration est le premier et dernier acte de toute vie : nous inspirons en naissant et nous expirons en mourant. Mais entre les 2… En occident du moins, nous ne nous posons pas la question de savoir comment nous respirons… Et pourtant la qualité de notre respiration est la base de notre qualité de vie…

La respiration apporte la première nourriture de la cellule : l’oxygène. C’est la nourriture qui nous vient du ciel, de l’invisible.

La seconde nourriture de nos cellules est le glucose qui nous vient de ce que nous mangeons et que nous transformons. C’est la nourriture de la terre. C’est grâce à ses 2 nourritures (terrestre et céleste) que nous créons notre énergie de vie…

Un corps mal oxygéné engendre un fonctionnement cellulaire altéré, des échanges cellulaires ralentis, et génère fatigue, faiblesse immunitaire, stress, et dysfonctionnement général.

Par ailleurs, la respiration est la seule fonction neuro-végétative sur laquelle nous pouvons agir volontairement ! Alors ne nous en privons pas ! D’autant qu’elle nous permet à la fois de modifier notre état intérieur, et de nous recentrer et d’améliorer notre quotidien !

Modifier notre état intérieur :

Lorsque nous faisons le choix d’accorder un temps de pleine conscience à notre respiration, nous permettons à notre système nerveux para sympathique* de prendre le pas sur le système nerveux sympathique**… Autrement dit d’appuyer sur le frein plutôt que sur l’accélérateur.

Prendre conscience de notre manière de respirer à l’instant présent nous laisse la possibilité de descendre notre respiration au niveau ventral, d’en ralentir le rythme, de la rendre plus profonde, plus efficace dans l’oxygénation de nos cellules. Une modification endocrinienne s’opère, notre physiologie se transforme, nos battements du cœur ralentissent, notre état émotionnel, et notre mental retrouve la sérénité.

Toutes nos structures sont reliées :

Il suffit que nous modifiions une seule de nos structures pour que tout notre être en bénéficie. Parce que nos systèmes psycho-neuro-endocrino-imunologiques sont interdépendants. Lorsque nous sommes sous stress, nous respirons court et haut, notre taux de cortisol monte, notre système immunologique s’affaiblit, notre cœur bat vite, et nos pensées tournent en boucle.

En nous recentrant sur un des domaines, ici la respiration, nous allons pouvoir impacter l’ensemble des systèmes. Et retrouver l’apaisement physique, mental, et émotionnel, grâce au recentrage.

Le recentrage :

Prendre conscience de sa respiration, l’accueillir, l’observer, permet de tranquillement la modifier pour la faire descendre au niveau abdominal. A cet endroit là, nous venons toucher notre centre, certain l’appelle le Hara, le centre de gravité. Chez les asiatiques qui cultivent la respiration profonde depuis plusieurs millénaires, ils ont compris que la respiration ventrale permettait le lâcher-prise , l’ancrage, et de renouer avec notre sécurité intérieure. C’est de là qu’il puisent toute leur puissance physique, leur recul face aux événements, leur sagesse millénaire, leur hyper efficacité dans la vitesse sans être précipités…

« En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux. »

Notre conseil :

Lorsque vous ressentez :

  • anxiété,
  • stress,
  • débordement émotionnel,
  • agitation mentale,

Prenez un temps pour observer votre respiration. Vous verrez qu’elle est située plutôt dans la zone scapulaire et thoracique, et qu’elle est rapide.

Prenez un temps de respiration profonde par le nez :

Comptez 5 secondes à l’inspiration et 5 secondes à l’expiration, pendant 5 minutes.

Vous pouvez pratiquer cet exercice 3 fois chaque jour.

 

* et ** Les nerfs des systèmes nerveux sympathique et parasympathique constituent le système nerveux végétatif (ou autonome) qui est responsable de la régulation des fonctions automatiques internes de l’organisme (par exemples : digestion, transpiration…).

Par leurs actions opposées, les systèmes sympathique et parasympathique contrôlent l’activité de plusieurs organes et fonctions. Leurs cellules nerveuses (neurones) innervent les cellules des muscles lisses (présents dans la paroi de nombreux organes), du muscle cardiaque, des glandes et des cellules du système immunitaire.

 

Source : http://www.psychomedia.qc.ca/neurologie/2009-07-26/qu-est-ce-que-les-systemes-nerveux-sympathique-et-parasympathique

 

 

You Might Also Like

Pas de Commentaire

Laisser un Commentaire